Irak : Dieu attend le retour de son peuple

Ce chrétien irakien vivait sa religion par habitude. L’arrivée du groupe Etat islamique (Daesh) il y a deux ans a réveillé sa foi.

On l’appelle Dr Rabia. Il était vétérinaire, du moins avant que l’Etat Islamique ait envahi son village en Irak. Depuis, il vit à Erbil, au Kurdistan Irakien, dans une seule pièce avec sa femme et ses quatre enfants. Un lieu qui sert de salon en journée, de chambre à coucher le soir. Cette famille vit dans des conditions modestes. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Dr Rabia était riche, il avait trois maisons et un patrimoine personnel assez important. En quelques heures, il a tout perdu à cause de l’invasion du groupe État Islamique dans son village.

Pourtant, on ne trouve aucune trace d’amertume en lui. Lorsqu’il parle de son nouveau mode de vie, le Dr Rabia est rempli de contentement, je le cite : « C’est tout ce dont j’ai besoin, Dieu pense à nous, c’est suffisant ! »

« Je réalise que je vivais en dormant »

Cet état d’esprit, il l’explique par son retour à Dieu : « Avant j’allais à l’église le dimanche, mais c’était par habitude comme le fait de dormir ou de manger. Je réalise que je vivais en dormant, ma foi n’était pas vivante, je ne connaissais pas Christ personnellement. »

C’est un texte de la Bible qui l’a bouleversé, plus particulièrement, des extraits du livre d’Amos dans l’Ancien Testament. Les voici : « l’Eternel dit : « Et moi je vous ai envoyé la famine (…) et vous n’êtes pas revenus à moi (…) Je vous ai frappé par la rouille et la par la nielle ; vos nombreux jardins, vos vignes, vos figuiers et vos oliviers ont été dévorés par les sauterelles et vous n’êtes pas revenus à moi, dit l’Eternel (…) J’ai tué vos jeunes gens par l’épée et vous n’êtes pas revenus à moi. »

Dieu attend le retour de son peuple

Pour le Dr Rabia, Dieu attend que Son peuple retourne à lui, au travers de ces souffrances. Il ajoute : « Personnellement, je vois l’ État Islamique comme un cadeau de la part de Dieu. Sans eux, je ne connaîtrais par Jésus-Christ comme je le connais aujourd’hui.»