Mossoul libérée, qu’en pensent les chrétiens d’Irak ?

Il y a une semaine, l’armée irakienne fêtait la libération de Mossoul, mais les chrétiens irakiens déplacés restent sceptiques.

Après neuf mois de combats, les combattants du groupe Etat Islamique (EI) semblent être chassés de la plaine de Ninive. Certains des villages chrétiens autour de Mossoul avaient déjà été libérés par l’armée irakienne et les Peshmerga kurdes à la fin 2016. Maintenant, c’est le bastion de l’EI qui a été repris.

Inquiétudes sur la sécurité

Malgré cette victoire décisive dans le combat contre les extrémistes, les chrétiens autochtones hésitent à retourner chez eux. Ils doutent que la reprise du territoire leur garantisse la sécurité face aux extrémistes islamistes.

Un chrétien déplacé a confié à des partenaires de Portes Ouvertes sur place que beaucoup de chrétiens craignent que l’extrémisme ne soit pas définitivement vaincu malgré la défaite de l’EI: «Ils ont peur que les idées de l’Etat Islamique continuent de se propager sous un autre nom.»

Un autre sujet d’inquiétude est la stabilité de la région: Les gouvernements turc, kurde et irakien ainsi que diverses milices ont chacun sa propre vision sur l’avenir du nord de l’Irak. Et la destruction des lieux est telle qu’il faudra des années pour reconstruire.

65 maisons réparées à Karakosh

Mais toutes les maisons de chrétiens n’ont pas subi autant de dégâts. Dans le village principalement chrétien de Karakosh près de Mossoul, 65 maisons ont déjà été réparées par un partenaire local. Fenêtres et portes ont pu être changées et l’électricité installée.

Les familles chrétiennes retrouvent ainsi l’espoir qu’une vie dans leur patrie est à nouveau envisageable. Pleines de courage, les premières familles reprennent déjà le chemin de leurs villages dans la plaine de Ninive, près de 200 familles retourneront probablement à Karakosh dans le courant du mois.

Déjà plus de 43 000 signatures ! Parlez-en autour de vous !

Plus que 7000 signatures à récolter et nous aurons atteint notre objectif pour la France (50 000 signatures). Le but : apporter notre pétition pour les chrétiens du Moyen-Orient devant l’ONU avant qu’un plan de reconstruction ne soit mis en place pour la région. Nous voulons que les chrétiens soient pris en compte et non oubliés ! D’autres bureaux de Portes Ouvertes partout dans le monde sont aussi mobilisés et nous mettons tous nos efforts  pour obtenir un rendez-vous officiel avec le secrétaire général des Nations Unies. Parlez-en autour de vous !