Villes libérées en Irak : préparons le retour des chrétiens dans la prière

village de bartella

Préparons le chemin dans la prière. Depuis octobre 2016, plusieurs villes et villages ont été libérés autour de Mossoul en Irak, mais les conditions ne sont pas encore réunies pour le retour des chrétiens.

Les zones libérées pas encore sûres

Les villages libérés dans la périphérie de Mossoul constituent toujours une zone militarisée où le processus de libération est toujours en cours. Exemple à Karamlech, ville libérée en octobre par l’armée irakienne après plus de 2 ans d’occupation par l’organisation État Islamique : des chrétiens voudraient créer un « centre de soutien et d’encouragement », une initiative que nous soutenons par l’intermédiaire de l’un de nos partenaires locaux. Le projet a pour but d’accueillir les habitants de Karamlech le temps que leurs maisons soient reconstruites. Mais pour l’instant ce projet est bloqué : « Nous avons commencé à poser les fenêtres mais nous avons dû arrêter” explique un responsable du projet sur place. « Il n’y a pas vraiment d’infrastructure pour pouvoir commencer à reconstruire, pas d’eau, pas d’électricité. Il n’est pas encore possible de faire fonctionner un groupe électrogène. »

Les chrétiens veulent des garanties

Pour Jacoub, responsable d’une église à Bartella près de Mossoul : « Pour que nous retournions dans notre village, il faut que trois choses nous soient garanties : la sécurité, au niveau local et national, les infrastructures, et nos maisons. Il faut que les infrastructures fonctionnent correctement et que nos maisons, détruites par l’organisation État Islamique soient réparées. Si ces trois conditions ne sont pas remplies, il est inutile de rentrer. » Les chrétiens irakiens espèrent que le gouvernement irakien garantira aussi leurs droits et leur place dans la société. Ils espèrent que la communauté internationale va faire pression sur le gouvernement dans ce sens.

Ils n’ont pas les moyens financiers de reconstruire leur maison

De nombreuses familles sont prêtes à retourner dans les villages de la plaine de Ninive récemment libérés. Des familles comme celles d’Hashim et d’Abha, tous deux trentenaires originaires de Karamles : avec leurs six enfants ils voudraient rentrer chez eux. Ils ont retrouvé leur maison encore debout mais l‘intérieur est totalement brûlé. La chaleur était tellement forte qu’elle a fragilisé les planchers en béton. Pour beaucoup de familles, se réinstaller chez elles sera synonyme de lourds investissements.

Dieu, leur refuge

Récemment un responsable d’église irakien nous a dit : « J’aimerais que vous puissiez voir mon église. Elle est pleine, les gens viennent à l’église. Nous avons gardé notre foi dans ces moments difficiles. Dieu nous aime, Dieu est avec nous. » Il est originaire de l‘un des villages occupés par l’organisation État Islamique en juin 2014. Ni lui, ni les membres de son assemblée n’ont pu encore rentrer chez eux.

Prions pour les chrétiens irakiens

  • Remercions Dieu car il a répondu aux prières. « Vous avez joué un rôle important par vos prières et votre soutien afin de maintenir les chrétiens dans cette région » a déclaré un responsable d’église récemment lorsque nous l‘avons rencontré en Irak. « Nous prions un Dieu vivant ! »
  • Prions pour le centre de Karamlech, qu’il puisse bientôt ouvrir ses portes.
  • Prions pour les familles comme celles d’Hashim et d’Abha, afin qu’elles puissent avoir la volonté et les moyens de faire face aux dépenses qu’entraîne un retour chez eux.
  • Prions qu’ils gardent l’espoir afin de rester dans le pays et reconstruire leur vie.

Voir d’autres sujets de prière